Rimp

Je vote

Dessine moi un homard !

Technique : Art digital / Impression d’art
Dimension : 40cm x 60cm

« Le homard possède, entre autres, une caractéristique particulière : il pourrait être immortel s’il ne devait pas muer régulièrement. Pour grandir, il lui faut donc sortir de sa carapace. Puis arrive le moment où en sortir lui demande trop d’énergie, il meurt alors de l’usure de sa carapace ou de maladie. Mon homard a cette particularité qui touche un homard sur 3 millions : il est de couleur bleu vif, un clin d’œil à notre société qui a du mal à accepter ce qui n’est pas dans la norme, à tendance à s’en méfier. Sa carapace est constituée de formes, comme si ce homard avait eu mille vies qu’il portait sur lui. Ses grands yeux noirs nous regardent. Sommes-nous face à un homard vivant ou à sa mue, phénomène physiologique qui entraîne un changement d’état, représentation imagée de ce qui peut se produire chez certaines personnes devant une œuvre d’art. Enfin, ses antennes sont dressées et nous rappellent l’ancre des bâteaux, pour signifier ce besoin d’ancrage dont nous avons tous besoin pour ne pas partir à la dérive. »

Je vote

omart en pince pour…

Rimp a joué très tôt avec les pinceaux et les crayons pour ne plus jamais s’arrêter. En 2000, il entre à l’École Municipale d’Arts Plastiques de Nice où il expérimente les techniques : le dessin, la peinture, la gravure, la céramique, la photographie. Il s’intéresse à l’art urbain, rencontre des artistes du milieu avec lesquels il collabore et expose. Un voyage au Mexique en 2007 sera sa révélation. Inspiré par les cultures Premières et les différentes représentations que l’Homme se fait du monde, Rimp aspire à une sagesse ancestrale, oubliée, respectueuse de la Nature. Son travail se concentre principalement sur la figure humaine, siège de l’identité, des sens, de la raison, du conscient et de l’inconscient. Cette partie du corps l’a toujours fasciné, il l’associe au masque, à son pouvoir et à sa fonction de transition, de transformation. Sensible aux formes géométriques, il définit son style en partant d’éléments simples qui, associés les uns aux autres, finissent par aboutir à l’élaboration d’un Tout, une forme plus complexe, une écriture. Le vide compte tout autant que le plein, une façon aussi de rappeler que nous sommes, nous aussi, faits de plus de vide que de plein.

omart en pince pour

L’ambiance psychédélique et horrifique de sa démarche créative qui nous projette dans une temporalité indéfinie.